Heureux les heureux

Heureux les heureux

Quand on rencontre quelqu’un, on ne s’intéresse pas à son état civil. Ni à sa condition sentimentale. Les sentiments sont changeants et mortels. Comme toutes les choses sur terre. Les bêtes meurent. Les plantes. D’une année à l’autre, les cours d’eau ne sont pas les mêmes. Rien ne dure.

Présentation de l’éditeur
Dans le 95, qui va de la place Clichy à la porte de Vanves, je me suis souvenue de ce qui m’avait enchaînée à Igor Lorrain. Non pas l’amour, ou n’importe lequel des noms qu’on donne au sentiment, mais la sauvagerie. Il s’est penché et il a dit, tu me reconnais ? J’ai dit, oui et non. Il a souri. Je me suis souvenue aussi qu’autrefois je n’arrivais jamais à lui répondre avec netteté. – Tu t’appelles toujours Hélène Barnèche ? – Oui. – Tu es toujours mariée avec Raoul Barnèche ? – Oui. J’aurais voulu faire une phrase plus longue, mais je n’étais pas capable de le tutoyer. Il avait des cheveux longs poivre et sel, mis en arrière d’une curieuse façon, et un cou empâté. Dans ses yeux, je retrouvais la graine de folie sombre qui m’avait aspirée. Je me suis passée en revue mentalement. Ma coiffure, ma robe et mon gilet, mes mains. Il s’est penché encore pour dire, tu es heureuse ? J’ai dit, oui, et j’ai pensé, quel culot. Il a hoché la tête et pris un petit air attendri, tu es heureuse, bravo.

 

Après « Conversations après un enterrement. », Malgré ce titre qui vendait a priori de la légèreté, Yasmina Reza dérange avec sa plume acérée. Corrosive. Ca coupe, ça brûle, ça désajuste. Et cela me plaît tout à fait.

C’est la vie, la vraie, débusquée, démasquée, désabusée. Vous connaissez la photo. En voici le négatif. Le vrai. Celui dont les aspérités n’ont pas été redessinées avec Photoshop. Voilà l’homme – le mâle – malmené par l’auteur. Il est très loin de l’image de l’homme-le-vrai-le-grand-le-beau-le-fort… protecteur, fier et digne. Véritable galerie de portraits, pans de vies cachés. Ces heureux qui n’ont rien de vraiment heureux.

On suivra ces personnages confortablement installés dans leur vie, un peu comme on tournerait les pages d’un album photo. Tout pour être heureux? Vous croyez? Vraiment?

Ils se croisent et s’entrecroisent au fil de ces dix-huit tableaux, comme sur des planches, si bien qu’en filigrane, se tisse l’esquisse d’un roman dont on entrevoit la trame avant que le rideau ne retombe. Un écrit-mi-roman-mi-nouvelle des illusions perdues, des vies qui dérapent. Des vies manquées. Des vies à jamais marquées par les mauvais choix ou les circonstances. Des vies.

Un peu de clairvoyance et de sincérité à l’heure du #maist’astoutpourêtreheureuse !

Théorie lucide et piquante? C’est sans compter sur le génie caustique de l’auteur qui parvient à nous soutirer des sourires face à cette mascarade qu’est la vie humaine.

Récit choral où les vies parallèles d’inconnus se font signe de loin en loin, par un jeux de miroirs. Heureux les Heureux signe le retour de Yasmina Reza à la littérature… Autant de monologues. Autant de façons de rater l’amour, de passer à coté. Autant d’exemples de l’imposture du couple: amante éconduite, couple au bord de la crise de nerf, homosexuel à la solitude déchirante, jeune fille en mal d’idéal amoureux… chacun s’y retrouvera. En vérité. Sans Blush ni mascara. Sans Instagram ni Photoshop. De la lumière, sans flash. Juste de la lumière.

 

LeFigaro , le 10 janvier 2013
Yasmina Reza orchestre avec beaucoup d’agilité ce papillotement de clichés anthropologiques. On aimerait parfois qu’une passion, qu’une vraie folie, qu’une déflagration plus radicale transcendent ce vaudeville existentiel. Yasmina Reza, c’est Beckett en bigoudis.

LeMonde , le 06 janvier 2013
Parce qu’il l’expérimente mieux qu’aucun autre, avec un tact immense et une sensibilité bouleversante, Heureux les heureux est son plus beau texte. Son grand roman de la consternation humaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s