Un homme à distance

Un homme à distance

« La lecture n’est pas une activité innocente. On n’en ressort pas toujours indemne. »

Résumé
Une libraire, un client. Des goûts littéraires partagés. A distance l’un de l’autre, lettre après lettre, leur relation épistolaire prend peu à peu un ton moins professionnel, moins formel et moins aseptisé, pour lui préférer celui, plus vif, de la passion. Ils se découvrent, se jaugent, se livrent, s’envoient l’un l’autre leurs plus belles lectures : Maupassant, Jean Lorrain, Flaubert, Barbey d’Aurevilly, Roger Martin du Gard, etc… et se disent à travers leurs auteurs préférés.

 

 

Un homme à distance est donc un roman épistolaire, autant dire que j’adore ce genre et mon Dieu, quel livre ! Court, riche, intense. Rires, sourires, nostalgie, impuissance, désillusions, incompréhensions, émotions, ressentis, intuitions…

Kay, tellement attachante, sincère et fragile. Femme à la fois forte et pleine de sensibilité. 32 ans… Plane dès les premières pages comme un soupçon d’identification…
– Hasard ou coïncidence, je me fais la réflexion que mes dernières lectures mettent presque toutes en scène des femmes de 32 ans…Viendrais-je chercher des réponses à la vie dans mes lectures? Suis-je simplement en verve de partage d’expériences?… Le temps presse alors! Le hasard m’interdira peut-être ces rencontres-là avec des femmes de mon âge à l’aube du prochain 13 septembre? –

Revenons à notre correspondance:
Jonathan, client américain, charmant, taquin, cultivé… Il ne peut que nous séduire… Bien entendu, nous l’apprendrons dans quelques pages d’une infinie beauté, recelant d’un mystérieux sourire enjôleur. Ce serait oublier qu’on peut être tant de personnes à la fois…
Plusieurs mois. Une correspondance riche de références littéraires… Des livres complices, muets, farfadets, malicieux… Je mesure alors l’étendue de mon inculture… Et me sens toute petite… 32 ans, non-initiée, profane, béotienne!… Un livre qui parle de livres, intéressant, intriguant, et très agréable…
Me voilà presque pousser la porte des Palmiers Sauvages, cette librairie vert amande de Fécamp, qui fait face à la mer… Découvrir ses murs hauts et blancs, animés de ce grand palmier qui en occupe le centre au rez-de-chaussée… Imaginer le salon de thé du premier étage, et feuilleter mon futur coup de foudre littéraire.

Au fil des lettres et du temps, le ton de chacun devient plus doux, plus ambigu, plus tendre.

Et la fin ! Quelle chute, quelle surprise ! Nous sommes cependant bien loin de tout happy end télescopé… C’est presque avec un goût amer – celui, salé des regrets – que l’on tournera la dernière page…

Dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es et comment tu aimes…tout un programme pour ce livre qui donne envie à chaque page d’en découvrir d’autres tant il est truffé de références littéraires…
Et les échanges épistolaires donnent envie de reprendre la plume et de rencontrer cet autre « amoureux » des livres qui saura nous faire partager ses coups de coeur, sa passion, sa culture…nous faire rêver.

Une très jolie lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s